fr French

La province de Safi

Les péripéties de l’histoire de Safi sont intimement liées à sa vocation portuaire.
Comptoir phénicien, selon le géographe Ptolémée, fréquenté probablement par les Romains plus tard, le nom d’Asfi apparaît dans les écritures arabes à partir du XIème siècle.

Avec Safi Hadirat al Mouhit ou Cité de la mer environnante, selon l’expression d’Ibn Khaldoun, Safi assurait, en tant que port de la capitale Marrakech de l’empire Almohade au XII siècle, des relations directes avec l’Andalousie et se présentait sous forme d’un espace fortement urbanisé, doté notamment, d’importantes fortifications et d’une grande mosquée centrale.

Constituée de deux entités urbaines, la ville s’enrichit, au XIV siècle, d’une medersa, édifiée par Aboul Hassan Al Marini, d’un bimaristan (hôpital) et de nombreuses autres institutions, une qaysaria, un mohtasseb, au fur et à mesure que Safi s’imposait comme place d’échanges d’importance qui commerce avec Gènes, Séville et Marseille. Au 15ème siècle, Safi s’ouvre au commerce européen.

Arts Populairs

Plusieurs types de musiques populaires sont répandus dans la province de Safi

La musique andalouse et le Malhoune
Cette musique d’origine andalouse a été introduite à Safi par des émigrés en provenance, soit d’Andalousie soit de Fès ou Salé. D’inspiration religieuse, elle est principalement jouée à l’occasion des cérémonies matrimoniales ou religieuses.
La structure rythmique et mélodique du Malhoune rappelle l’Andalousie dont elle constitue un dérivé. Elle exprime en poésie la joie, le bonheur, l’amour, les souffrances et les douleurs humaines.
Le conservatoire de musique de Safi fondé en 1968 assure la continuité de l’art mélodique dans la ville de Safi où la musique a toujours été rayonnante par sa richesse.

Al Aïta
Al Aita est une forme de musique populaire qui raconte la nostalgie, les aspirations et les plaisirs comme les douleurs. C’est un fait de société, un cri de ralliement, un soupir d’amour ou une complainte.
Il existe à Safi une Aita spéciale appelée Haçba dont le caractère est triste et secret.
Les Ayout sont souvent chantées par un groupe mixte d’hommes et de femmes (les Chikhates). Dans le cas où celles-ci sont absentes, l’un des hommes du groupe revêt des habits féminins et imite la voix et la danse des femmes.

Expérience nature & aventure

Pêche à la ligne ou au lancer
Toute la côte de la région est parsemée de splendides plages, de plateaux rocheux et de surprenantes falaises. La pêche à la ligne ou au lancer occupe une place de choix pour les amateurs. Sar, loup et congre foisonnent le long des côtes. La dorade royale se pêche à partir d’Avril jusqu’à Novembre. La pêche sousmarine est pratiquée le long du littoral.

Sports nautiques
Grâce aux rouleaux de l’Atlantique et les vents propices, Safi propose une panoplie d’activités nautiques: voile, planche à voile, ski nautique, plongée sous-marine et pédalo.
À proximité de Safi, Cap Beddouza, la plage de
lalla Fatna située à une quinzaine de kilomètres et la magnifique plage de Souiria
Lakdima, offrent des espaces exceptionnels pour la pratique du surf, ski nautique et plongée sous-marine. Une compétition internationale de surf : le Billabong se tient chaque année à Safi.
Le Centre National de Voile, premier du genre en Afrique et dans le monde arabe, est implanté sur le site de la plage de Safi. Il offre les conditions optimales pour la préparation d’athlètes de haut niveau et contribue au développement de la voile de compétition au Maroc.

Le plaisir des surfeurs
Le surf est devenu un sport très à la mode au Maroc. Beaucoup d’étrangers viennent notamment à Safi pour profiter du climat tempéré, atlantique et méditerranéen. La région offre aux surfeurs les meilleures conditions pour tirer profit au maximum de la beauté de ses vagues.
Safi est un « spot » classé parmi les dix meilleures droites au monde. Rapide et puissant, il déroule une vague longue en droite formant un tube continu et offrant des sensations fortes pour les surfeurs et les bodyboardeurs.

Monuments historiques

Dans la vieille ville, des stands de nourriture et d’artisanat bordent la rue du Souq. À proximité, le musée national de la Céramique est aménagé dans un autre fort bâti par les Portugais. Les pièces maîtresses de la collection sont les poteries décorées de la région, créées dans les ateliers de la Colline des Potiers

La médina et la rue du Souk
Pour découvrir et apprécier la beauté de la vieille médina, il est agréable d’emprunter le boulevard longeant le front de mer depuis la place de l’Indépendance, pour parvenir à la rue du Souk. Cette rue constitue en fait l’artère principale de la médina qui traverse la ville de part et d’autre jusqu’à Bab Chaâba.
Les multiples échoppes qui bordent cette longue rue étroite concentrent à elle seule toute l’activité commerciale de la médina.

La Château de mer (Ksar El Bhar)
Ce «Château de Mer » construit par les Portugais, au 15ème siècle, a été un certain temps le siège du gouverneur.
Il servait de forteresse pour défendre et protéger l’entre nord de l’ancien port, la ville et la Résidence du Gouverneur.
Il a été entièrement restauré en 1963.
Sa grande porte monumentale s’ouvre sur le, ou place d’armes, où l’on peut admirer une dizaine de vieux canons espagnols et hollandais pointés vers l’océan.
Et on peut profiter d’une vue panoramique sur la mer, le port et la vieille médina, à partir du bastion sud-ouest du Château de mer.

Le charme et l’intérêt du lieu sont justifiés par cette harmonie architecturale mariant des bâtiments et bâtisses de cultures et confessions différentes (chrétienne, musulmane et juive).
Ainsi, une fois arrivé à hauteur de la grande mosquée, un passage mène tout droit vers la chapelle portugaise, construite en 1519.
L’édifice qui garde encore les traces du style manuélin est le coeur de la cathédrale de Safi.

Le Musée National de la Céramique
Le Musée National de la Céramique regroupe une importante collection d’objets en poterie et céramique du Maroc. Ces objets de nature archéologique et ethnographique proviennent en grande partie des musées nationaux de la FNM : Musée archéologique de Tétouan, Musée de la Casbah à Tanger, Musée d’Histoire & Civilisations, et Musée des Oudayas à Rabat, Dar Jamaï de Meknès, Dar Si Said de Marrakech, et Al Batha de Fès. La collection a été également enrichie par des acquisitions locales sous forme de donations qui proviennent notamment de : la Municipalité de Safi, quelques céramistes de Safi et un collectionneur français résident à Safi.

#NTLA9AWFBLADNA

Invitation à explorer notre Région à nouveau, redécouvrir ses paysages et ses richesses